L'emploi joue un rôle crucial dans l'intégration des demandeurs d'asile au sein de la société québécoise. Malgré les initiatives développées pour favoriser leur insertion professionnelle, plusieurs défis subsistent, tels que les retards dans l'obtention des permis de travail, la précarité des emplois proposés, ainsi que l'insuffisance des ressources de soutien à l'employabilité.

L'un des principaux défis des demandeurs d’asile réside dans les délais d’attente pour l'obtention de leur permis de travail, soit pour la première fois ou le renouvèlement. Si bien le gouvernement a tenté de trouver des solutions visant à accélérer les procédures, de nombreux demandeurs d'asile se retrouvent confrontés à des délais prolongés. Ces délais peuvent résulter de divers facteurs, comme la complexité administrative du processus et les contraintes opérationnelles des agents chargés du traitement des demandes. Ainsi l’arrivée de la pandémie COVID-19 a causé des interruptions qui ont eu un impact majeur dans le traitement des dossiers. En conséquence de ces retards, de nombreux demandeurs d'asile se retrouvent dans une situation qui rend difficile leur accès au marché du travail et les expose à un risque élevé de précarité économique.
Après avoir obtenu le permis de travail, les demandeurs d'asile se confrontent à un autre défi car, les offres d’emploi sont souvent temporaires et peu qualifiées. En effet, en raison de leur statut d’incertitude entourant leur demande d'asile, les employeurs hésitent souvent à les engager pour des postes plus stables et spécialisés. Cette circonstance entraîne une sous-utilisation des compétences et des qualifications des demandeurs d'asile, la majorité d'entre eux possédant un niveau d'éducation universitaire.

Par ailleurs, le manque de soutien en matière d'employabilité constitue un autre obstacle majeur. En effet, les demandeurs d’asile peuvent faire face à une méconnaissance des bases en emploi, notamment en ce qui concerne les normes et les attentes du marché du travail québécois. De plus, la difficulté à rédiger un CV et une lettre de motivation adaptés aux standards locaux peut également constituer un défi. Finalement, d’autres aspects plus pratiques tels que l'activation de la messagerie vocale peuvent également devenir des barrières à la communication et à la recherche d'emploi. Les demandeurs d'asile ont souvent un accès limité aux services d'orientation professionnelle, de formation et d'accompagnement. Les services gouvernementaux et les organismes communautaires chargés de fournir ce type de soutien peinent souvent à répondre pleinement aux besoins de cette population à cause des divers enjeux, l'un d'entre eux étant le financement insuffisant pour appuyer ces services. Cette situation entraîne une offre limitée de programmes adaptés aux besoins spécifiques des demandeurs d'asile, ce qui rend leur intégration sur le marché du travail encore plus ardue.
Cependant, malgré ces défis, des initiatives innovantes sont mises en œuvre pour surmonter ces obstacles. Des projets pilotes, tels que celui dans le secteur du tourisme, visent à intégrer les demandeurs d'asile dans des secteurs clés de l'économie québécoise, offrant ainsi de nouvelles opportunités professionnelles et de développement. Ces initiatives mettent l'accent sur l'accompagnement personnalisé, la formation adaptée et le maillage entre les demandeurs d'asile et les employeurs potentiels, favorisant ainsi une inclusion économique réussie et durable.

En conclusion, bien que les défis demeurent importants, l'intégration professionnelle des demandeurs d'asile est un objectif réalisable, en investissant dans des programmes et des politiques favorisant leur inclusion sociale et économique dans la société québécoise.

Source

Gabriela Vargas,
Conseillère en emploi

Article publié le .
11/4/2024
retour aux articles
Articles récents

Visionnez les dernières nouvelles

Les passions dans le CV ou comment personnaliser sa candidature ?

Lorsque je consulte un CV, que ce soit pour recruter ou prodiguer des conseils, il y a une petite partie que je trouve malheureusement trop souvent négligé par les candidats : la partie Loisirs/Activités en fin de CV. Pourtant, même si ce n’est pas cela qui va vous disqualifier, cette partie est souvent très intéressante car elle permet au recruteur d’en savoir un peu plus sur vous et sur votre personnalité !
Voir l'article

L’impôt pour les nouveaux arrivants au Canada et au Québec - Partie 2

Dans la deuxième partie de cet article, nous explorerons en détail le processus de déclaration de revenus pour les nouveaux arrivants au Canada et au Québec. Des revenus imposables aux dates limites de dépôt en passant par les documents nécessaires, ainsi que des conseils précieux pour une déclaration de revenus appropriée.
Voir l'article

L’impôt pour les nouveaux arrivants au Canada et au Québec - Partie 1

Dans la première partie de cet article, vous découvrirez tout ce que vous devez savoir sur les impôts et les avantages fiscaux pour les nouveaux arrivants au Canada et au Québec.
Voir l'article
Ôsez entreprendre

Nous pouvons vous aider à vous lancer